TC-Val - Récits de course

L'Etape du Tour le 20 Juillet 2014 par Jean-Yves Baron

Mise à jour le Samedi, 27 Décembre 2014 13:22

Bonjour à tous,

Ce weekend je suis descendu dans les Pyrénées rejoindre Manu pour participer à la 22ème édition de l'Etape du Tour. Beau défi de 148km, Pau - Hautacam, avec à midi le Tourmalet 2100m d'altitude 18km d'ascension à une moyenne de 6.5%, puis comme quatre heures la montée d'Hautacam, juste 13km de montée à une moyenne de 7.6% pour finir.

Nous étions 13.500 coureurs au départ, répartis en 13 sas de 1.000 personnes. Très impressionnant, des vélos partout, du très lourd, avec 96 nationalités représentées, la championne du monde de Triathlon Ironman, Alain Prost, des pros hommes et femmes.

Des conditions de course favorables pendant les 70 premiers kilomètres, les deux côtes de 3ème catégorie se montent sans problème, mais dès le bas du Tourmalet, des trombes d'eau qui nous ont lessivés pendant 6h durant.

En bas du col 12 degrés, en haut 3 degrés, de la flotte à seaux, et du brouillard. Dans la descente du col, les 4 premiers kilos à freiner à mort dans tous les virages, nombreuses chutes, des coureurs qui descendent à pied, car ils ont peur. Une course sur-réaliste.

A un tel point qu'au bout de 6 kilos de descente mon guidon vibrait, je croyais avoir un ennui mécanique, mais en fait c'était le froid, j'étais tellement frigorifié que mes bras tremblaient, la peau des main toute blanche, et de plus en plus de mal à utiliser les freins qui eux aussi ont pris chers.

Malgré cela à la fin de la descente, l'organisation avait ouvert la salle des fêtes d'un village, mis le chauffage à fond et arrêté tous les coureurs pour vérifier notre état de lucidité. Tremblant de partout, mais arrivant tout de même à me réchauffer, je ne suis pas resté pour le café mais suis reparti, pour 20 kilos de faux plat descendants à fond les ballons histoire de tourner les jambes au maxi avant la montée d'Hautacam.

A deux kilomètres de l'arrivée, plus d'essence, j'ai mis le pieds à terre pour 500m de marche à pied, mais en voyant deux lacets au dessus la flamme rouge l'énergie et la volonté sont revenues, puis c'était l'arrivée. Encore une température à mourir, pas un spectateur, alors que dans le bas du col on passait 1 par 1 tellement il y avait de monde.

Nous sommes malgré tout finishers tous les deux, moi en 08:48:50 et Manu en 08:52:33, respectivement 6524ème  et 6666ème. Pas mal quand on sait qu'il y a eu 4.800 abandons !

A plus tard pour de nouvelles aventures !!

Jean-Yves Baron.

   

Page 4 sur 29