TC-Val - Récits de course

Clovis Lefranc et Arthur Monti au Marathon Vert de Rennes le 27 Octobre 2019

Mise à jour le Vendredi, 15 Novembre 2019 11:13

Vous trouverez ci-dessous les comptes rendus de Clovis Lefranc et d'Arthur Monti sur leur participation au Marathon Vert de Rennes le 27 Octobre 2019.

 

Récit de Clovis Lefranc

Bon, comme je n'ai fait aucun compte rendu de la saison, je vous en fait un détaillé de mon 1er marathon. 10 semaines de préparation, qu'est ce que c'est long et chiant ! Mais enfin, on y est ! Je vais pouvoir conclure ma 1ère saison au TC Val avec le Marathon Vert.
08h15 : On nous (j'ai fait ce 1er marathon avec mon pote Alexis, licencié au club de Brocéliande) dépose au village départ. A peine arrivés, on rentre au chaud et on en ressortira que 15 minutes avant le départ (il fait froid et il pleut) pour s'échauffer.
08h55 : Je croise Arthur sur la ligne de Départ.
09h00 : C'est parti !

Borne des 3 km : J'ai les pieds trempés. Ça va faire mal !

8km : Aucune sensation, je devrais être chaud là ? Il va falloir discuter pour faire passer le temps, car ça va être long.

13ème km : Nos supporters sont là ! Check au passage, ça motive ! Bon toujours pas de sensation mais 1er semi bouclé en 1h43 sans difficulté particulière, sauf que ça pique dans les chaussures.
Jusqu'au 28ème km pas trop de souci puis 29ème, 30ème nos supporters sont bien au rendez-vous.

32ème km : Retour de la flamme 3h30 sur nos talons. Surtout sur les miens. Mentalement, c'est dur car je sais que je ne vais pas atteindre mon objectif. Alexis me motive et me dit que le groupe 3h30 à plus de 2 minutes d'avance. Je tiens un peu moins de 2km avec le groupe 3h30. J'ai mal aux pieds, ça pique et j'ai des débuts de crampes aux quadriceps. Je craque mais c'est sans compter sur mon pote qui décide de rester avec moi.

34ème km : Je suis au fond. Nos supporters sont là et je suis à 2 doigts d'abandonner et de repartir avec eux. Mais ça c'est interdit ! Tous les week-end, je répète "L'abandon c'est interdit. On finit dernier s'il le faut, mais on n'abandonne pas!". C'est bien beau tout ça, mais je ne vois pas comment je vais faire les 8 derniers km. Alexis revient me chercher, il est mort de rire. Je le regarde, je souffre, je ne comprend pas. Il m'explique qu'un supporter à vélo venait de faire une chute mémorable. Il essaye de me faire oublier la douleur et de me rendre cette fin d'épreuve le moins pénible possible. Il me faut des objectifs intermédiaires, sinon je vais craquer. J'en ai un. Nos supporters doivent nous retrouver au km 37.Je me cale sur un rythme où la douleur est acceptable : 5:15 min/km. Le km 37 arrive, ça ne va pas mieux physiquement, mais on tient le 5:15 min/km. En plus, ils avaient promis d'être là et ils sont encore là.Mes 2 garçons me crient dessus pour savoir si je veux une pom'pote, une bouteille d'eau. Je chope la bouteille et mon grand court derrière moi une centaine de mètres en m'encourageant. La motivation revient, plus que 5km et c'est fini.

Les pavés finissent ce qui reste de mes pieds mais la ligne d'arrivée et là. Enfin on peut s'arrêter et c'est vraiment dans un sentiment de soulagement que je tombe dans les bras de mon meilleur pote. Ce n'est qu’après qu'on regarde le chrono : 3h31 et 46 secondes, 466ème/1388 partants. C'est fatigué mais heureux que je vais à l'espace bien-être; étape obligatoire tellement j'ai mal aux pieds.

Bien sur, je choisi "podologie". Apparemment, ce ne sont pas les plus beaux pieds qu'ils reçoivent aujourd'hui. Je reste plus de 20 minutes sur la table pendant que je vois défiler trois personnes sur la table d'à côté. Verdict : quelques grosses ampoules et une crevasse au pied droit. Plus qu'un escalier (ce fut compliqué) à descendre et je retrouve Sophie et les garçons. Ils m'annoncent qu'ils ont fait plus de 10km à pied pour nous voir plusieurs fois. Je les remercie, car sans eux et Alexis, je n'aurai pas pu finir.

Marathon, ça c'est fait ! 1 truc de moins sur la liste. Rassurez-vous la liste est encore longue !

A dans quelques semaines, car une petite pause s'impose.
Clovis.

 

Récit d'Arthur Monti

Félicitations Clovis pour ce premier Marathon !
Félicitations aussi aux finishers de la diagonale des fous 2019, et merci David pour ce compte rendu très inspirant...

Compte rendu rapide du Marathon Vert, pour ma part :

Objectif atteint en 3h19'30" (visé 3h20) - ça passe, mais rien de trop :). J'améliore tout de même de 14 minutes mon temps précédent. J'ai aussi le sentiment que le prochain pourrait passer en 3h15, avec un peu de boulot en plus. Je suis très satisfait d'avoir réussi à courir ce 2ème marathon à ce qu'il y a à peine plus d'un an était mon allure de semi. Ces progrès, je les dois à toute cette année passée à vos côtés au TC Val, à toutes ces séances, toutes ces sorties, et tous ces conseils que j'ai pu recevoir de votre part :).

Pour ce Marathon Vert (le deuxième pour moi cette année), il me manquait certainement tout de même un peu de motivation sur les dernières semaines. Journées de boulot bien remplies, pas mal de fatigue accumulée, un peu de stress lié à l'achat d'une maison (ça y est, enfin !!) et à l'arrivée du futur premier bébé (plus que deux petits mois !!). Bref, j'arrive un peu moins frais que lors de mes courses précédentes. Un peu lassé aussi de ces sorties longues, souvent tout seul, et qui durent, qui durent... Je sais que certains d'entre vous connaissent ça, les sorties de plus de deux heures sur la voie verte, la nuit tombante, sous le crachin... Comme disait Clovis, pendant 10 semaines, il faut en vouloir :).

Que dire du matin du jour J, si ce n'est qu'au moment du réveil, vers 6h, il faisait 8° à côté de Rennes, et qu'il pleuvait des cordes. Un peu comme tout le mois de Septembre. J'avais un peu anticipé le coup des ampoules aux pieds dans les chaussures mouillées suite au Semi de Rennes 15 jours avant - du coup, une bonne dose de vaseline dans chaque chaussette... Ça a marché...

Finalement à 9h la pluie s'arrête comme par miracle, et à un poil de vent près, les conditions ce sont révélées presque idéales pour un marathon :).

RAS pendant les 25 premiers km. Je lève le pied pour ne pas trop accélérer, je lutte contre l'envie de rattraper la flamme des 3h15, pas loin devant. Je passe le semi avec 1'15 d'avance environ. S'ensuit une espèce de côte, pas très pentue, mais qui dure pas loin de vingt minutes et qui a littéralement essoré le peloton de coureurs avec qui j'étais... Le parcours, à dénivelé global négatif, est annoncé très roulant... Pas tant que ça...

Km 30, la montée se termine, mais je me suis épuisé à maintenir l'allure. On quitte la "campagne" pour entrer franchement en ville. Le parcours n'est pas terrible, on passe par dessus la 4 voies, par dessous la rocade, on coupe les grands boulevard... Ca manque de paysage. Les 6-7 derniers km sont très difficiles, je relance tant que possible pour maintenir l'allure. Je me remercie moi même de ne pas avoir accéléré pour rattraper la flamme des 3h15, 20 bornes avant... Le rythme baisse un peu (2-3 secondes par km), ça grignote ma réserve d'avance, mais je réussis tout de même à terminer sous l'objectif des 3h20.

L'hiver venant, place à la raclette, aux sorties plus "courtes", au vélo et à la piscine, pour préparer la prochaine saison de triathlon, et de courses à pied :).

Bonne fin de weekend à tous,
Arthur.

   

Page 3 sur 43